Note de presse

La Fondation « Zanmi Timoun » dénonce les cas de maltraitance des enfants en Haïti et l’inaction des autorités gouvernementales

La Fondation Zanmi Timoun se sent concerner par les situations de maltraitance auxquelles font face certains enfants en Haïti. En effet, cela a toujours été dans la culture haïtienne de chercher à discipliner les enfants par la maltraitance, malgré les effets négatifs que cela puisse avoir sur leur bien-être. Néanmoins, en vue de protéger les enfants contre la maltraitance, un ensemble de lois et conventions ont été adoptées tant sur le plan national que sur le plan international. Cependant, nous constatons que depuis quelques temps, certains internautes se lancent dans une promotion consciente ou inconsciente de la maltraitance à travers des vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux, exprimant clairement la maltraitance physique, verbale et psychologique à l’égard des enfants. Tel est le cas de « les Caraïbes savaient », la vidéo d’une dame apprenant des leçons à un petit garçon en utilisant des coups et des injures comme méthode d’apprentissage, et celui d’un homme en train de fouetter un petit garçon pour ses gestes féminisés. Ces cas précités ne sont pas les seuls et, pour certains, le fait de maltraiter les enfants paraît normal et légitime puisqu’il s’agit des parents ou autres figures d’autorité.

En effet, en se référant à la loi du 10 septembre 2001 et celle du 5 juin 2003, il est interdit d’infliger aux enfants toutes formes d’abus, de mauvais traitements ou traitements inhumains ainsi que des châtiments corporels. Cela sous-entend que les méthodes utilisées pour discipliner ou accompagner les enfants dans les activités scolaires, que ce soit dans leur famille, dans leur communauté ou dans leur école, vont à l’encontre des lois adoptées contre la maltraitance des enfants. Par ailleurs, l’article 19.1 de la Convention Internationale Relative aux Droits de l’Enfant (CIDE), ratifiée par Haïti en 1994 stipule que « les Etats parties doivent prendre toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l’enfant contre toute forme de violence, d’atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d’abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d’exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu’il est sous la garde de ses parents ou de l’un d’eux, de son ou de ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il est confié ». En ce sens, il est de la responsabilité des autorités étatiques de prévenir et de combattre toutes les formes de violence à l’égard des enfants en Haïti.

Eu égard à ces considérations légales, la Fondation « Zanmi Timoun » demande à l’État haïtien à de prendre des mesures adéquates, nécessaires et urgentes pour faire respecter les lois protégeant les enfants contre toutes les formes de maltraitance dont ils font objet. En outre, elle invite les organismes œuvrant dans le secteur de la protection de l’enfant ainsi que des membres conscients de la population à se lancer davantage dans des campagnes de sensibilisations contre la maltraitance des enfants en Haïti.

Fait à Port-au-Prince, le 14 décembre 2023

Manoach PRESNA
Responsable de Programmes
Tél : (509) 3746-7196 / 33961778

Laisser un commentaire